Aliou Badara Faty, ce local qui s’incruste dans la Tanière d’expatriés 

Aliou Badara Faty 3

Peu loquace sur ses presque deux mètres, le gardien de but du Casa Sports a vécu en quelques mois un rêve éveillé de sa première convocation en novembre dernier contre le Togo et le Congo en éliminatoires de la Coupe du monde 2022, à la phase finale de la CAN TotalEnergies 2021 jusqu’à la double confrontation contre l’Egypte, Faty le natif de Ziguinchor (sud du Sénégal) en 1999 se raconte avec ses mots.

La finale de la Coupe du Sénégal, le tournant !

Quand on lui pose la question de savoir quelle rencontre a changé sa jeune carrière de footballeur, le jeune gardien né en 1999 n’hésite pas : la finale de la Coupe du Sénégal du 3 octobre 2021.

‘’Je n’étais pas capitaine mais je sentais qu’on devait faire quelque chose lors de cette finale qu’on devait gagner pour notre génération. Et personnellement, j’ai gagné la coupe du Sénégal en U17 et trois en U20 et je dois gagner ce trophée qui représente beaucoup pour notre équipe en seniors et nous avons tout donné pour mériter cette victoire (1-0) face à une belle équipe de Diambars. Nous avons tout donné et j’ai joué ma partition. Et à la fin, nous avons soulevé le trophée national dans un stade en fusion’’.

Première convocation contre le Togo et le Congo en éliminatoires en novembre.

‘’J’avais fait une belle finale de Coupe du Sénégal mais on sait tous que l’équipe du Sénégal est bien outillé au poste de gardiens de but. Avec le forfait de Sény Dieng (testé positif au Covid-19), le coach a fait appel à moi. J’ai eu l’opportunité de travailler avec ce qui se fait de mieux à ce poste avec Edouard Mendy (Chelsea, Angleterre), le meilleur gardien du monde et Alfred Gomis (Rennes, France). En côtoyant ces champions, on voit l’exigence du très haut niveau mais aussi on voit que ces stars sont tellement simples. C’est loin de l’image qu’on voit à travers la télévision, je n’ai jamais senti la différence et ils m’ont épaulé et j’ai regardé, triché les entraînements leurs prises de balles, leur jeu aux pieds et tout le reste."

La CAN 2021 au Cameroun.

"C’est tout simplement extraordinaire, vivre pendant plus d’un mois avec tous ces footballeurs. J’ai beaucoup appris et beaucoup travaillé en me disant que le gardien du Casa Sports, représentant du football local pourrait jouer dans les cages du Sénégal avec tous les cas de Covid-19 pendant la CAN seniors. J’ai été à plusieurs présélectionné en U20 mais au final, je n’ai jamais été retenu donc j’ai mis beaucoup de cœur à l’ouvrage. Et à la CAN, à un certain moment, il n’y avait que Sény (Dieng) et moi comme gardiens, Edouard et Alfred étant positifs au Covid-19. Et je peux vous assurer que j’étais prêt à jouer parce qu’on m’avait préparé dans ce sens. Je suis un homme heureux et aussi je sens toutes les responsabilités qui pèsent sur mes épaules. Et les joueurs et le public de Diambars qui m’ont accueilli les premiers, se sont chargés de me le rappeler. C’était très beau et très amical et je sais que des joueurs du football local peuvent faire le même parcours mais il y a un coach qui doit faire des choix qu’on doit tous respecter. Et surtout travailler où qu’on puisse être. Et aussi prendre des responsabilités. A mon niveau, avant la CAN et les sélections nationales, mon coach (Ansou Diadhiou) au début de la saison m’avait confié le brassard comme un signe prémonitoire."

Aliou Badara Faty

Champion d'Afrique et la suite ?

"Avec le Sénégal, maintenant que nous avons gagné le titre de champion d’Afrique, le groupe va travailler davantage pour aller chercher la qualification en Coupe du monde 2022. Ce ne sera pas facile mais nous sommes l’équipe championne en titre, tout le monde va essayer de nous faire tomber, à commencer par les Pharaons que nous avons battus le 6 février dernier. Mais nous devons répondre présent et nous continuer de faire plaisir au peuple sénégalais et faire grandir le football national. Et après l’équipe nationale, j’aurais le temps de me consacrer au Casa Sports pour aller chercher tous les trophées locaux et chercher à décrocher un contrat professionnel à l’extérieur."