Awa Diakhaté : ‘’le football féminin n’est pas antinomique à la féminité’’  

Awa Diakhate

Quand on lui demande quels conseils veut-elle donner à ses compatriotes voulant jouer au football, la meneuse de jeu de l’équipe du Sénégal, Awa Diakhaté leur recommande d’aller au bout de leur passion.

‘’Nous devons faire ce qu’on aime le plus car je suis convaincue qu’il est plus facile d’y réussir parce que nous sommes prêts à tous les sacrifices’’, a dit la joueuse sénégalaise transférée en France depuis novembre dernier.

Personnellement, rappelle-t-elle ‘’j’étais à Saint-Louis loin de ma famille, j’ai vécu des moments compliqués mais j’ai serré les dents parce que je faisais ce que j’aimais le plus, c'est-à-dire le football’’.

‘’Et aussi, j’ai été victime de deux graves blessures mais je me suis soigné et j’ai avancé pour vivre ma passion’’, a-t-elle dit soulignant que la société sénégalaise évolue dans le bon sens.

Au début, certains pensaient que ce sera la fin de ma carrière quand j’ai décidé de convoler en justes noces, c’est tout à faire le contraire, je me sens plus épanouie et je compte fonder une famille, avoir des enfants Awa Diakhate

Le football est aussi un moyen de promotion sociale et il n’a aucun impact sur la féminité au contraire, il te donne la santé, a dit la joueuse du Puy Foot (D2 française) marié à un ancien footballeur de haut niveau dans le championnat national.

‘’Au début, certains pensaient que ce sera la fin de ma carrière quand j’ai décidé de convoler en justes noces, c’est tout à faire le contraire, je me sens plus épanouie et je compte fonder une famille, avoir des enfants’’.

‘’Oui, je me suis mariée et je vais faire des enfants s’il plaît à Dieu, en France, beaucoup de joueuses viennent au stade avec leurs familles et c’est ce qui de plus beau et les gens doivent comprendre cela’’, a dit la meneuse de jeu des Lionnes qui vont faire leur retour à la CAN après 10 ans d’absence.

A la question de savoir comment elle est venue au football, la numéro 10 sénégalaise championne de la zone ouest A de l’Union des fédérations ouest-africaines de football rappelle avoir été piquée par le virus dès sa tendre enfance.

‘’C’est dans mon sang, chez moi tout le monde joue au football, mes frères et sœurs et une de mes sœurs d’ailleurs se trouve en France où elle joue au football’’, résume le milieu de terrain de 25 ans.

Senegal - Mali - WAFCON Qualifiers

‘’Je jouais avec les mecs souvent à Richard-Toll et c’est pendant mes vacances à Rufisque (30 kms de Dakar) que j’ai joué au football formel’’, a-t-elle dit rappelant qu’au début, c’est loin d’avoir été un long fleuve tranquille.

‘’Mes parents refusaient systématiquement, mon père étant chef religieux et vous pouvez imaginer sa gêne quand ses amis lui rapportent que ses filles jouent au football avec des garçons’’, a-t-elle dit soulignant que la mère voyait la passion de ses filles d’un très mauvais œil.

‘’Mais comme ils ont compris que la meilleure manière est de nous encadrer, ils se sont résolus à nous laisser y aller’’, a-t-elle rappelé soulignant que les progrès réussis par sa sœur aînée, Bineta Diakhaté, qui a rejoint l’équipe nationale, ont fini par convaincre ses parents.

‘’Et, ils ont remarqué que la pratique du football n’avait aucune incidence sur notre féminité et nos tâches ménagères’’, a-t-elle dit.

Et le retour du Sénégal à la CAN, est un beau cadeau après les nombreux sacrifices consentis pendant toutes ces années, a dit la joueuse du Puy Foot qui a joué au pays, à AFA puis à Dakar Sacré Cœur, club avec lequel elle a joué le tournoi de qualification à la Ligue africaine des champions en juillet dernier à Mindelo (Cap Vert).

Senegal - Mali - WAFCON Qualifiers 2

Au contraire du staff technique du Sénégal qui parle de qualification au second tour, Awa Diakhaté pense plutôt à la Coupe du monde de 2023.

‘’Il y a de la qualité dans ce groupe, il y a des professionnelles comme dans les autres équipes’’, a-t-elle fait savoir soulignant que le Sénégal va respecter tout le monde mais ne craint personne.

‘’Nous allons mettre toutes les chances de notre côté’’, poursuit-elle se souvenant avoir beaucoup souffert à ses débuts en France à cause du froid.

‘’Je suis arrivée en novembre mais je suis montée en puissance’’, a-t-elle dit soulignant avoir fait des sacrifices pour en arriver à ce niveau.

Et le football professionnel ne sera pas un frein à son épanouissement en tant que femme, a-t-elle relevé soulignant être mariée.

‘’La suite, c’est de fonder une famille’’, a ajouté la jeune dame mariée à un footballeur à la retraite, actuellement entraîneur de football.

Aux jeunes filles et à leurs familles au Sénégal, Awa Diakhaté rappelle que le football n’est pas contradictoire à une vie de famille.

‘’C’est devenu plus facile et il faut saluer les efforts faits par la Fédération dans ce sens’’, a-t-elle dit donnant rendez-vous au Maroc pour montrer les progrès du football féminin au Sénégal.