Dr Christian Emeruwa: «Nous espérons voir s'améliorer les sites de match dans toutes les ligues de première et deuxième divisions en Afrique»

La sécurité dans les stades 7

Du 2 au 3 décembre 2020, la Confédération Africaine de Football a organisé un atelier historique sous le thème « Promouvoir la sureté et la sécurité des stades ». Dr Christian Emeruwa, Responsable de la sûreté et de la Sécurité de la CAF, revient sur les points essentiels de cet atelier hautement instructif.

Dr Christian Emeruwa, Responsable de la sûreté et de la Sécurité de la CAF

Pourquoi ce premier atelier régional sur la sûreté et la sécurité de la CAF ? Répond-il aux problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui en termes de sûreté et de sécurité ?

La Confédération Africaine de Football considère les différentes ligues affiliées aux Associations Membres comme d’excellents partenaires dans la promotion des normes de sûreté et de sécurité à travers l'Afrique. Les ligues de chaque pays représentent la passion collective du football au niveau des clubs. Et les clubs qui participent à la Coupe de la Confédération de la CAF et à la Ligue des champions de la CAF, sont tous issus des ligues de leur pays respectif.

Il est donc devenu nécessaire pour la CAF de s'engager avec ces parties prenantes essentielles dans le but d'obtenir leur adhésion et de comprendre la nouvelle ère de changement qui consiste à accorder une priorité absolue aux questions de sûreté et de sécurité dans toutes leurs opérations quotidiennes de gestion de leurs ligues respectives.

Nous sommes optimistes quant à l’engagement des ligues et des officiers nationaux de sécurité et de sûreté de nos associations membres, à discuter de ces questions. Ils sont heureux de rejoindre de notre équipe et de changer la donne.

C’est la toute première fois que la Confédération Africaine de Football organise des ateliers régionaux sur les questions de sûreté et de sécurité impliquant les différents acteurs de première et deuxième divisions ainsi que leurs responsables de sécurité. Il faut également ajouter que nous avons invité les officiers nationaux de la sécurité des associations membres à participer à l'atelier.

Quels étaient les objectifs de l'atelier ?

En organisant cet atelier, notre objectif était : 

- de présenter le nouveau règlement sur la sûreté et la sécurité de la CAF à tous les participants ;

- de présenter les meilleures pratiques en matière de sûreté et de sécurité aux administrateurs de diverses ligues et aux responsables de la sécurité sur les attentes fondamentales en matière de sûreté et de sécurité de la CAF ;

- de construire une bonne synergie de travail entre toutes les ligues des différentes associations membres qui ont assisté à l'atelier et encourager le partage d'informations sur les meilleures pratiques ainsi que sur les défis ;

 - et enfin d’obtenir des évaluations directes des participants sur la façon dont la CAF peut les aider à améliorer les opérations de sécurité et de sécurité dans leurs ligues respectives.

Vous avez dit que l'événement était un succès. Comment mesurez-vous cette réussite ?

Il y a exactement un an, nous avons organisé un atelier des officiers de sûreté et de sécurité de la CAF pour lequel les experts invités venaient d'Europe et de la FIFA. Parmi ces facilitateurs et intervenants, un seul était africain. Aujourd'hui, sur les neuf experts qui ont facilité cet atelier, nous n’avions qu’un seul non-africain. Parmi ces huit Africains, sept d'entre eux ont été formés il y a à peine un an. C'est une histoire réussie dans laquelle les Africains assument la responsabilité de définir leurs affaires. 

Par ailleurs, nous avons reçu plusieurs commentaires de participants et d'autres experts qui se sont joints à nous en tant qu'observateurs. Plus important encore, le soutien sans précédent reçu du Secrétaire général par intérim de la CAF pour que nous accueillions cet atelier. Alors une fois de plus, je dirai que l'atelier a été un grand succès et l'histoire de la révolution de la sûreté et de la sécurité du football africain est en marche.

Que prévoit la suite de cet atelier ?

Il faut maintenant que toutes les directions de ligues de première ou deuxième division à travers l'Afrique se lancent dans la course. Chaque club de ces ligues doit nommer immédiatement des responsables de sécurité et sûreté. Les ligues, en collaboration avec les responsables nationaux de sûreté et sécurité des associations membres, doivent mettre sur pied un programme de formation et l'envoyer au Département de Sécurité et de Sûreté de la CAF pour validation. Et ensuite former ces officiers de clubs avec le soutien technique de la CAF. 

En outre, les clubs doivent s'assurer qu'ils entament la révolution du maintien de l'ordre public pendant leurs matches. Nous espérons voir s'améliorer les sites de match dans toutes les ligues de première et deuxième divisions en Afrique. Nous avons maintenant construit, grâce à cet atelier, un réseau des officiers de sécurité et de sûreté des clubs qui permettra de partager des idées et des expériences.